Comment le CBD est-il prescrit ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le cannabis est plus qu’un simple intoxicant. La plante soulage la douleur chez les patients atteints d’une maladie chronique avec lesquels un traitement régulier n’aide plus. Les médecins sont également autorisés à prescrire légalement du cannabis médical en Allemagne depuis 2017. La consommation légale de cannabis présente-t-elle un risque de dépendance ?

A lire aussi : Zoom sur l’ostéopathie

(Crédit : CBD-Infos-com/PixaBay.com) Soyez indolore. C’est souvent le seul souhait des patients souffrant de douleurs chroniques depuis des années, comme la sclérose en plaques (SEP). Les analgésiques chimiques peuvent aider, mais ils ne sont pas une solution permanente. Ils peuvent causer des effets secondaires graves et attaquer les organes au fil du temps. Depuis les années 1990, le cannabis médical s’intéresse de plus en plus à la recherche clinique et expérimentale car il soulage efficacement et doucement la douleur. Les cannabinoïdes de la plante de chanvre sont intéressants pour les professionnels de la santé en matière de gestion de la douleur. Ils ont un effet positif sur le système endocannabinoïde de personnes.

Le système endocannabinoïde humain

Les cannabinoïdes sont des messagers chimiques ayant une variété d’effets sur les fonctions de la vie. Le corps humain peut en partie produire lui-même, sous forme d’endocannabinoïdes, ou les consommer de l’extérieur, par exemple en utilisant du cannabis. Le corps humain possède deux types de récepteurs cannabinoïdes : de type 1 et de type 2. Les récepteurs de type 1 sont situés dans le système nerveux central. Ils sont particulièrement pertinents dans la recherche des cannabinoïdes utilisés dans les lésions nerveuses et les maladies neurodégénératives telles que la démence ou le parkinsonisme. Les récepteurs de type 2 se trouvent principalement chez les humains dans les systèmes immunitaire, digestif et reproducteur. Cependant, ils se retrouvent également dans les glandes hormonales, dans les yeux, os, peau et poumons. Les endocannabinoïdes que le corps humain produit lui-même ont un effet similaire à celui des cannabinoïdes végétaux : ils se connectent aux mêmes récepteurs et y ont leur effet.

Certains cannabinoïdes augmentent l’appétit et soulagent les nausées, y compris au cours de la chimiothérapie. Dans les maladies inflammatoires chroniques, ils soulagent la douleur et suppriment les spasticités et les tics, comme dans le syndrome de la Tourette. Même après une douleur persistante due à une infection virale, comme le zona, les différents ingrédients actifs obtiennent l’effet désiré du soulagement de la douleur.

Substances actives du cannabis médical

Dans le centre de la Hesse, les médecins reconnaissent également de plus en plus l’effet positif du cannabis médical. À l’hôpital universitaire Giessen et Marburg, le Dr Hagen Maxeiner, médecin principal et Chef de section de la gestion de la douleur, ses patients cannabis médical si rien de plus n’aide. Cependant, il prévient également de ne pas considérer l’herbe comme un remède miracle, car elle n’est pas non plus exempte d’effets secondaires.

Mais qu’est-ce qui distingue le cannabis médical de la drogue qui peut entraîner une dépendance ? Seuls les cannabinoïdes extraits de chanvre sont importants pour les médicaments à base de cannabis médical. Il y a environ 500 ingrédients dans une plante. En plus des cannabinoïdes, il s’agit de protéines, d’acides aminés, d’huiles essentielles et bien d’autres encore. Ils peuvent tous avoir un effet positif sur le corps et favoriser l’équilibre physique, ce que l’on appelle l’homéostasie du corps.

Pour l’usage médical du cannabis, les deux cannabinoïdes tétrahydrocannabinol (THC) et cannabidiol (CBD) sont cruciaux, mais dans une certaine proportion. Parce que le THC présente un risque de dépendance car il dépend de lie les récepteurs cannabinoïdes de type 1 (CB1) dans le cerveau et les active. L’activation entraîne la libération d’hormones du bonheur, ce qui peut entraîner une dépendance. Le cannabis médical contient donc une forte teneur en CBD. Le CBD bloque la liaison du THC aux récepteurs cannabinoïdes. Le patient n’est donc pas en état d’intoxication. Seul le CBD développe alors ses effets anti-inflammatoires et analgésiques.

L’utilisation du cannabis médical nécessite toujours une autorisation d’exemption, même si les médecins sont autorisés à le prescrire légalement en Allemagne depuis 2017. Il faut expliquer que les formes traditionnelles de thérapie n’aident pas à atteindre le succès souhaité. Les patients reçoivent ensuite leur médicament individuellement en pharmacie. Il n’y a pas de dosage uniforme : le cannabis fonctionne différemment pour chaque personne.

Le cannabis n’est pas un remède miracle, mais l’herbe se cache déjà haut Potentiel de diverses maladies où les analgésiques traditionnels sont inefficaces. Les scientifiques ont atteint des approches prometteuses à ce jour, en particulier dans le domaine de la recherche clinique, également pour lutter contre la démence.

Le

cannabis contre la démence

Dans une étude menée par l’Université de Bonn et l’Université hébraïque d’Israël, les chercheurs ont pu inverser le processus de vieillissement dans le cerveau des souris en donnant du cannabis. Les cellules cérébrales des souris se sont régénérées en seulement quatre mois. Leur cerveau est revenu à l’état de jeunes animaux âgés de deux mois : la capacité d’apprentissage et la mémoire ont augmenté, et la reconnaissance des homologues a été plus facile. Parce que : Le tissu cérébral et l’activité génétique ont changé, et la signature moléculaire était à nouveau similaire à celle d’un jeune cerveau. Pour y parvenir, les souris ont reçu l’ingrédient actif THC de la plante de cannabis en petites doses sur une période de quatre semaines. administré. C’était si faible qu’un effet de bruit a été exclu. En 2017, les résultats ont été présentés dans la revue « Nature Medicine » dans la publication « Une faible dose chronique de delta9-tétrahydrocannabinol (THC) restaure la fonction cognitive chez les souris âgées ». L’étape suivante doit maintenant être testée dans les études cliniques pour savoir si le THC peut également arrêter le processus de vieillissement chez les humains dans le cerveau et rétablir la performance. Cette approche est particulièrement intéressante pour la recherche sur les maladies de la démence.

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons