Il attaque Manpower après 30 ans d’intérim dans la même société

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

GoJob, Bruce, Qapa, Brigad, Vit-on-Job… les start-ups qui veulent faire un travail temporaire sans agence et avec une application se multiplient . Je suis particulièrement impressionné par les sommes levées pour attaquer le marché temporaire. Ils veulent tous « dépoussiérer » le marché temporaire.

Qui sont ces acteurs ? Qu’est-ce qu’ils veulent ? Comment les acteurs traditionnels du marché réagissent-ils ? Quel sera l’avenir des agences temporaires et surtout des agences physiques ? Et si finalement ces start-ups n’attaquent pas un nouveau marché ?

A lire en complément : Les arnaques de la voyance

Ce sont toutes des questions qui m’émeuvent depuis plusieurs semaines, et je dois dire que le marché semble mûr à changer.

Lire également : Les avantages des télécommandes Hörmann

Le marché français est l’un des premiers marchés temporaires au monde

Vous lisez, la France est l’un des principaux marchés intermédiaires au monde avec environ 26 milliards d’euros .

La France est souvent le premier marché pour Manpower, Randstad ou Adecco. Les filiales françaises ont tellement d’influence sur la société mère que les dirigeants de ces filiales finissent souvent au conseil d’administration, comme c’est le cas pour Alain Dehaze pour Adecco.

France est la capitale de l’intérimaire et donc des start-ups de l’intérimaire La  ?

C’ est toute la question, même si je ne suis pas loin de le dire. J’ai examiné ce qui se faisait dans d’autres pays et il y a déjà des acteurs, mais le marché n’est pas aussi actif que le marché français. Par exemple, Wonolo est une startup financée par Coca-Cola qui veut rendre l’intermédiaire aussi simple que de commander un Uber (ou BlueCrew dans le même genre). Work Genius va encore plus loin et embauche les employés qu’il forme et gère et offre ses employés aux entreprises à partir d’une application géolocalisé.

En France, Qapa a recueilli 11 millions d’euros, Brigad a récolté 2,2 millions d’euros pour son application traiteur. Et de nombreux acteurs frappent à la porte : GoJob, Bruce, Vit-on-Job, MisterTemp, Welljob (et ses terminaux interactifs) (il n’y a probablement plus dans cette liste, alors n’hésitez pas à les ajouter dans les commentaires ).

Les investisseurs pensent qu’il y a un marché à attaquer et ils le font avec des moyens cohérents . Il y aura clairement peu de gagnants, mais la course est en cours et les Français sont au 1er rang.

Qu’ offrent exactement ces start-ups intérimaires ? Comment va-t-elle le faire ?

Interim sans agences ?

Ces start-ups offrent toutes la même chose : pas besoin de point physique mais une connexion rapide avec l’employeur avec une application sur un téléphone ou une plate-forme dédiée géolocalisée (Brigad utilise SMS pour se connecter). Ces services comprendront la passation de marchés et l’exécution directe des paiements. En d’autres termes, les procédures juridiques et administratives sont gérées en quelques clics (Qapa, par exemple, dispose d’un service juridique pour vérifier les contrats et les mettre à jour lorsqu’il y a des changements dans législation).

La valeur ajoutée de la proposition réside principalement dans le service de jumelage visant à rapprocher l’annonce des candidats potentiels, en particulier sur la base de notifications téléphoniques (ou SMS) et d’un profil de candidat. Je vis dans une petite ville et je cherche un emploi temporaire ? L’ application me propose des annonces près de moi .

L’ évaluation peut être effectuée à distance une fois le profil identifié ou directement auprès de l’employeur… mais cela ne sera jamais fait par ces nouveaux acteurs contrairement à d’autres acteurs dans l’intervalle.

Pour rappel, l’intérim est la relation entre un employeur qui a des besoins temporaires et une personne qui cherche des affectations. Ce lien peut être direct, c’est l’employeur qui effectue les fiches de paie et tout le personnel administratif, l’agence temporaire ne fait que la mission de recrutement ou indirecte, c’est l’agence temporaire qui emploie la personne et l’employeur paie le service complet.

Dans cette intermédiation, le rôle de la l’agence temporaire est un rôle très local de se rapprocher des besoins très souvent non managériaux (travailleur, garçon de café…) pour les PME.

De plus, l’agence temporaire évalue souvent la personne et fait appel à des agents temporaires avec lesquels elle a établi une relation de confiance qu’elle pourra ensuite offrir à ses clients. La notion de relation et de confiance est souvent essentielle dans la gestion des travailleurs temporaires. C’est probablement l’une des limites du modèle de démarrage (j’ai agi pour le salon du vin de Leclerc en 1997 et mon agence n’a envoyé que des personnes qu’elle connaissait à son fidèle client).

Pourtant, l’intermédiaire peut largement être « numérisé » (j’utilise ce terme que je n’aime pas mais c’est l’équivalent de désintermédié).

Lesstart-ups dans l’intervalle commencent à partir de 4 hypothèses pour essayer de percer le marché  :

1) Coût : Les start-ups proposent de diviser le prix du service par 2 ou 3. Ce n’est manifestement pas le même service parce que le agence implique l’évaluation et le suivi. Mais certaines professions ont-elles besoin de cette évaluation et sont suivies ? L’ évaluation ne pourrait-elle pas être faite comme LinkedIn avec des recommandations ou des étoiles ?

2) Géolocalisation : la proximité est remplacée par la géolocalisation et tous les gens ont aujourd’hui un smartphone afin que nous puissions toucher tous les candidats. La géolocalisation permet une hyperproximité !

3) Atteindre de nouveaux clients  : Ce service peut être adressé aux entreprises qui n’ont jamais eu recours à une agence temporaire parce qu’il est trop long, trop cher ou ne savait pas. L’idée est d’augmenter et d’élargir la part du gâteau provisoire en s’adressant aux entreprises qui ne le feraient pas.

4) Immédiatement : c’est le grand avantage de ces acteurs dans l’intervalle. Lorsque les agences temporaires traditionnelles peuvent facilement remplacer des besoins prévisibles (congé de maternité, besoins saisonniers récurrents), elles ont plus de difficulté à faire face à des besoins non récurrents et imprévisibles besoins. L’entreprise a besoin pour la semaine prochaine 2 personnes après un départ ou un gain d’un marché, c’est là que ces joueurs veulent agir. Leur objectif est de pouvoir proposer des profils très rapidement.

Je pense qu’il est clair que cette offre correspond davantage à des professions telles que la logistique, l’hôtellerie et la restauration ou à des professions à forte rotation et saisonnières sans risques comme la construction. Mais si demain nous pouvons mettre une évaluation et une notation de profils comme ce que font les plateformes comme Hopwork ou Elance, qu’est-ce qui empêcherait de plus en plus de secteurs d’être affectés ?

Dans les articles que j’ai consultés, ces start-ups ont déjà généré des revenus et signé des contrats (Vi-On-Job avec Paris Airport par exemple) et semblent affiner leur business model.

Face à ces nouveaux acteurs, que font les acteurs traditionnels ? Comment se positionnent-ils ?

Quelle réaction pour les acteurs traditionnels de la intérimaire ?

Randstad et Adecco ont lancé leur propre solution d’agence entièrement en ligne avec Randstad Direct et My Online Agency.

Lamain-d’oeuvre a « numérisé » la gestion de ses travailleurs temporaires, y compris la partie administrative et le suivi, mais n’a pas encore lancé d’offre spécifique. Tous les autres acteurs travaillent également sur des projets d’agences en ligne, ils ont tous bien compris les enjeux.

Un expert intérimaire m’a raconté cette anecdote l’autre jour. Manpower a lancé il y a plus de 10 ans la première agence de test out sans personne avec des terminaux . Les gens pouvaient s’inscrire directement aux kiosques et remplir des informations… ils pouvaient soumettre leur CV et tout faire sans interaction humaine. Le service n’a pas survécu parce que trop tôt mais l’idée était déjà là ! !

Le plus intéressant est le partenariat entre Randstad direct et CornerJob pour aller plus loin et combiner la correspondance de CornerJob et l’outil de liaison avec la gestion administrative et de la paie de Randstad Direct. C’est un partenariat très intelligent et j’ai hâte de voir les résultats.

Cependant, la situation est complexe parce que comment optimiser ses agences physiques sans essayer de rivaliser avec eux pour ces acteurs ?

C’ est même un sujet sensible avec des emplois qui sont à la clé et le risque de grognement interne.

Si je suis un TPE et que je trouve mes candidats en un seul clic pour 2 fois moins cher avec une qualité de service correcte, pourquoi dois-je passer par mon agence ?

Que faire ? Quelle solution ?

Randstad Direct a opté pour une solution simple qui combine la vitesse du numérique avec le fonctionnement de sa base de données en offrant des candidats pré-qualifiés. C’est certainement le chemin qu’Adecco prendra avec My Online Agency.

C’ est le chemin que les start-ups ne peuvent pas prendre.. ils n’ont pas les agences physiques ou les candidats qui vont avec eux. Cependant, je pense que les acteurs dans l’intervalle devraient aller plus loin et ne pas hésiter à faire une offre qui pourrait les cannibaliser.

Peter Drucker explique très bien dans son livre de 1983 « Innovation and Entrepeneurship » que toute innovation qui rompt avec sa propre entreprise ne sera jamais née dans sa propre entreprise . Les tensions et les ressources seraient trop fortes pour permettre à cette innovation de naître et de se développer au sein de l’entreprise. La seule solution serait de créer une entité complètement indépendante avec ses propres ressources et fonds (ou même des personnes qui n’ont jamais travaillé dans l’entreprise).

En d’autres termes, les acteurs traditionnels devraient également lancer des services similaires à ceux des start-ups sans nécessairement compter sur leur propre marque avec des équipes totalement indépendantes qui ne viennent pas toutes de l’intermédiaire. Je comprends qu’il est difficile de vendre en interne…

Dans tous les cas, le secret de l’espoir de beaucoup de ces start-ups intermédiaires sera de être achetés par les acteurs qui n’ont pas été en mesure de commencer ce changement en interne !

La question qui se pose en fin de compte est de savoir quel modèle pour l’intérim à l’avenir ? Qui va gagner ?

Quel modèle pour l’intérim à l’avenir ?

D’ une part, vous avez des start-up intérimaires qui commencent à développer une toute nouvelle étape de travail temporaire sans agence physique, et d’autre part, vous avez des acteurs temporaires qui grandissent en ouvrant de nouvelles agences physiques et en explorant des modèles numériques et physiques hybrides.

Oui, vous lisez correctement, certains acteurs se développent en ouvrant de nouvelles agences dans des endroits spécifiques pour gagner des parts de marché. Les objectifs ne sont pas les mêmes que les start-ups et les coûts. Des agences sont ouvertes dans les territoires pour conquérir le territoire à court terme avec un coût important pour le rendre plus rentable une fois le territoire conquis .

En tout cas, les 2 modèles, l’ agence physique et le démarrage sans agence peuvent coexister ensemble répondant à des besoins différents pour les acteurs légèrement différents. L’erreur fondamentale des acteurs agissant serait de croire que cette situation pourrait se poursuivre. Lisez l’excellent livre « Innovator’s dilemna » de Clayton Christensen avec les mini-moulins qui ont augmenté l’échelle de la valeur totale de la production d’acier.

start-ups gagnantes intérimaires vont augmenter l’échelle de la valeur et attaquer les marchés plus traditionnels pour offrir un service plus simple et encore plus local tout en offrant des services d’évaluation. Aujourd’hui, leur priorité est l’hôtellerie et la restauration ou la logistique , mais demain rien ne les empêche d’aller encore plus loin Les .

Il y a clairement un créneau pour une agence d’action libre, simple et peu coûteuse. Mais il y a aussi un besoin de qualité intermédiaire avec évaluation et préqualification. Qui peut faire les deux ? ?

Le vrai concurrent caché de l’intérim n’est peut-être pas start-ups sans agences mais plateformes freelance  ? Et si ces plateformes freelance deviennent à leur tour des start-ups de l’intérim ?

Je pense clairement que le freelance et le modèle freelance secoueront de plus en plus l’intérim. Je parlais l’autre jour avec une RH de luxe qui m’a dit qu’elle avait cessé d’utiliser l’intermédiaire pour des besoins ponctuels et qu’elle utilisait une plateforme freelance (Hopwork dont j’ai parlé dans les tendances de recrutement 2017). Elle m’a expliqué que c’était plus facile et plus rapide.

De plus, à mon échelle, il n’y a presque plus d’événements #Tru où nous ne parlons pas de la place des pigistes et de leur recrutement.

Vous souhaitez rejoindre notre communauté de recruteurs ? Rejoignez #TruAcademy !

Tag : actuenvrac.com

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons