Voiture volante : où en est-on ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Qui n’a jamais rêvé, dans les embouteillages, de quitter le bitume et de rejoindre les oiseaux migrateurs pour s’envoler avec eux vers des horizons plus indulgents ? Cette semaine, Tout le monde son itinéraire prend un peu d’altitude et vous invite à découvrir les voitures volantes, entre ciel et terre, rêve et réalité.

Le mythe de la voiture volante n’est pas hier. Autrefois confinées aux romans de science-fiction et aux écrans de films, ces voitures pourraient cependant « bientôt » faire partie de notre vie quotidienne, selon certains experts. Des fabricants, des industriels et des inventeurs fous prétendent pouvoir concevoir des voitures inspirées des avions et des hélicoptères, aussi confortables sur la route que dans les airs. Mais qu’est-ce que c’est vraiment ?

A lire aussi : Barème kilométrique 2019 pour les voitures

Un vieux rêve

Jules Verne est celui qui doit la description de la toute première voiture volante. En 1904, dans Le Maître du Monde, l’écrivain imagine l’Horreur, un véhicule étonnant « d’une structure fusiforme, l’avant plus aigu que l’arrière, le coque en aluminium, les ailes dans une substance [dont la nature n’a pas pu être déterminée… » et capable de voler et de conduire à plus de 250 km/h, et même de la plongée.

Alors que la voiture est déjà très populaire au début du siècle, et que la Never Contente vient de dépasser le record de 100 km/h sur la route, les exploits de l’Horreur restent dans le domaine de la science-fiction. Quelques années plus tard, Albert Robida dessine également des voitures volantes qui, avec leurs ailes latérales, rappellent les libellules, transportant le All-Paris d’un restaurant chic à l’Opéra. Des machines similaires seront trouvées dans les films de Miyazaki, dont The Travelling Castle.

A lire aussi : Achat d'une voiture neuve : quels sont les avantages ?

Dans les années 1980, bien que l’automobile ait fait quelques progrès, la perspective d’une voiture volante n’est toujours pas d’actualité. Les auteurs et les réalisateurs se sont inspirés des modèles populaires de l’époque pour imaginer ce que seraient les véhicules de l’an 2000. Doc et Marty, les deux arrivants de Back to the Future, se retrouvent derrière le roue d’une DeLorean datant de 1975 pour voyager dans le temps. Le film affirme même que c’est en 2015 que la technologie pour transformer une voiture normale en voiture volante serait inventée. Une prédiction qui n’a malheureusement pas été réalisée…

Quelques années plus tard, en 1997, Le Cinquième Element de Luc Besson revisite l’image de la voiture volante avec ses taxis jaunes new-yorkais, qui volent dans toutes les directions dans une parfaite imitation du périphérique parisien un samedi avant Noël. En réalité, le taxi de Korben Dallas s’inspire directement des vignettes d’une bande dessinée signée Jean-Claude Mézières intitulée Valérian et Laureline — Les cercles du pouvoir, parue quatre ans plus tôt.

Mais si la science-fiction est évidemment une grande partie des voitures volantes, ces machines miraculeuses se trouvent aussi dans d’autres genres de fictions. C’est le cas de Harry Potter et de la Maison des Secrets, avec sa célèbre Ford Anglia bleue. Cette voiture enchantée appartenant à Arthur Weasley doit sa capacité à voler et à disparaître à la magie. Après avoir emmenée nos deux jeunes héros à Poudlard, elle retrouve sa liberté dans la Forêt Interdite et reviendra fournir quelques services dans les épisodes suivants. Une anecdote étonnante, la Ford Anglia vue dans le film a disparu des studios de cinéma de Saint-Agnès, au sud-est de l’Angleterre, et n’a jamais été retrouvée… Il s’est envolé, comme par magie !

Des voitures volantes arrivent bientôt ?

En réalité, et bien qu’on ne les rencontre pas tous les jours, les voitures volantes existent déjà depuis le début du XXe siècle. De nombreux inventeurs et passionnés ont développé des véhicules capables de conduire et de voler, comme l’Arrowbile de Waldo Waterman en 1937, ou l’Aerocar, un étonnant avion décapotable conçu par Moulton B. Taylor en 1949. Cependant, aucune de ces créations n’a vraiment connu de succès public jusqu’à ces dernières années.

En 2018, à la prestigieuse Genève Salon de l’automobile, un stand vole les projecteurs aux autres. La firme néerlandaise PAL-V présente le révolutionnaire et haut de gamme Liberty Pioneer, à mi-chemin entre la voiture et le gyroplane. Équipé d’un rotor libre et d’une hélice, l’avion est capable de voler en seulement 160 mètres, a une autonomie de vol d’environ 500 km et peut atteindre la vitesse de 180 km/h. Le carnet de commandes est ouvert, mais le rêve a un prix : 499,000€ l’unité. Un deuxième modèle, appelé Liberty Sport, devrait être commercialisé dès 2021 pour un coût de 299 000€.

Avis aux amateurs : En plus d’un portefeuille bien approvisionné, l’acquéreur retenu doit être titulaire d’un certificat de pilotage PPL (licence de pilote privé).

Vers l’infini et au-delà !

2020 devrait voir le développement de nouvelles voitures volantes, y compris le Jet-Racer tant attendu. Breveté en 2018, ce projet audacieux est dirigé par Franky Zapata, le pilote qui a fait rêver le monde entier en survolant le Champs-Elysées sur un Flyboard avant de traverser la Manche. Cette fois, son entreprise a imaginé un monoplace volant capable de voler à plus de 400 km/h, mais avec seulement 20 minutes d’autonomie. La présentation au public devrait avoir lieu fin 2019.

De nombreuses start-up et entreprises de transport ont également lancé des tests de prototypes de voitures volantes. Parmi les exemples, citons le programme Elevate d’Uber pour soulager la congestion aérienne, Vahana d’Airbus ou Kitty Hawk’s Flyer, une société partiellement financée par le co-fondateur de Google. Les scientifiques et les ingénieurs interrogés ont suggéré que les progrès réalisés dans le domaine de la science des matériaux et de l’utilisation des sources d’énergie renouvelables pourraient changer le jeu et ouvrir la voie à l’air individuel.

Le Volante Vision Concept est l’un des projets les plus avancés dans ce domaine. Développé par Aston Martin, ce « véhicule volant autonome hybride » est rapide, écologique et pratique. Le fabricant anglais a appelé les chercheurs de Cranfield Experts universitaires et de haut niveau dans l’industrie aérospatiale pour concevoir ce métier futuriste et particulièrement design. Là encore, il y a deux obstacles majeurs à la mise en œuvre : le coût et l’autonomie.

Il semble donc que nous soyons plus proches que jamais de l’invention d’une voiture volante capable de transformer nos modes de transport et notre vie quotidienne. Et vous, serez-vous prêt à quitter le plancher de vache et les embouteillages pour naviguer tranquillement dans les nuages ? Venez nous en parler sur la page Facebook de Norauto !

Tag : autoworldblog.net

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons